Les derniers jours à Lima furent intenses! Samedi je suis sortie danser la salsa avec Demis et 4 de ses amis dans une énoooooooooooooorme boite d'un nom bizarre qui à mon oreille sonnait "fossé" (et ca lui va bien :-) ). Une nuit complète de salsa effrènée (j'ai fini sur les genoux et complètement gelée dehors à attendre que celui qui m'avait pris mon pull me le rende... sans succès!) Et puis, puisqu'il était 6h du matin et que le soleil se levait, nous sommes allés déjeuner (un hamburger, j'ai fait semblant d'être contente...) et puis je me suis glissée dans mon lit en ne sentant plus mes jambes! Le lendemain fut un jour assez particulier... Nous sommes tout d'abord allés manger tous ensemble à l'extérieur (traditionnelle sortie du dimanche) et puis quand nous sommes rentrés, tuffy le chien de Demis s'en est allé... il était bien vieux le pauvre et ca faisait 2 semaines qu'il ne pouvait plus marcher... mais toute cette proximité, ce réconfort que chacun se donnait m'a fait sentir à quel point cette famille allait me manquer... et ils m'ont bien fait sentir que pour eux aussi...

Le lendemain je me suis rendue à l'ONG ou m'attendait des documents importants pour l'avancée de mon travail. J'en ai profité pour demander à Andréa, l'assistante de Carlos de la Torre, le directeur du programme SIPAM, si par hasard elle n'aurait pas croisé une grande blonde aux yeux bleux du nom de Camille et à ma grande joie, elle avait bien croisé l'extranjeras recherchée ;). Après un petit temps d'attente en bas, un convois descend les escaliers... nos retrouvailles assez bruyantes ont donnés le sourire aux gens se trouvant dans les parages :-) ca fait du bien de voir des gens du pays! Ensuite nous sommes allés visiter Barranco et la costa verde de Miraflores avec mi pata Fonchy et l'inévitable Fonchymobile. Il est vraiment génial ce Fonchy, un vrai guide de luxe, il explique tout, corrige les erreurs grammaticales et de prononciation sans se lasser, nous fait gouter de nouvelles choses et nous explique tout des coutumes locales...

Ensuite nous nous sommes séparés de Camille et sommes allés chez Fonchy afin qu'il me montre les photos de son voyage en Belgique (réalisé 3 semaines auparavant).
Enfin je reçois un coup de téléphone de Demis, alors qu'il fait déjà nuit, me disant que je dois me rendre au plus vite à l'Université El Pacifico ou m'attend un étudiant ayant les informations que je recherchais... Fonchy, devant aller en cours de l'autre coté de la ville, me griffonne vite un plan de l'endroit ou je dois me rendre et me fourgue dans une chama direction el Pacifico... toutes ratatinnée dans l'engin prévu normalement pour 9 personnes mais qui en contient le double, je ne peux voir par la fenetre (et puis il faisait tout noir de toutes manières) et descend donc à LA Pacifico l'homme récoltant les billets dans le bus (c'est celui qui hurle par la fenètre pour indiquer de quel type de bus il s'agit et attrappe les gens au vol pour les fourguer dans l'engin...) me l'indique avec un 'si si seguro mujer' quand je lui demande si est ce bien là l'Université... me voila au milieu d'un carfour énorme, avec des lumières qui m'éblouissent de partout dans un traffic indescriptible, à travers cette jungle je parviens tout de meme à distinguer el Pacifico clignottant de rose et or... wow soit l'Université est un peu kitsh, soit... je ne suis pas au bon endroit! Avec tout mon bon sens, j'opte pour la 2 proposition, il s'agit là d'un cinéma...mierda! Il me faut donc retrouver une autre chama, la faire s'arreter, plonger dedans et m'assurer qu'elle va bien à LA pacifico... chose loin d'etre simple...45 min plus tard j'arrive tout de meme au lieu de rdv... j'obtiens là des informations bien précieuses et rentre avec Diana, la soeur de Demis qui passait par là en voiture (encore bcp de difficultés pour se rencontrer :-). Arrivée à la maison, à ma grande surprise, j'y retrouve Fonchy, Maria Suzanna (la enamorada de Demis) et toute la famille venu manger de la chifa (nourriture chinoise faite avec des aliments péruviens comme ils aiment à la dire...) afin de me dire aurevoir... Soirée géniale!!! On finit devant des photos de tous nos voyages respectifs, tous emmelés les uns sur les autres comme si cela pourrait nous empêcher de nous quitter le lendemain...

Le lendemain, je fais mon sac puis pars avec la maman de Demis qui vaut absolument m'acheter l'indispensable pour survivre à Cajamarca : un livre de cuisine péruvienne! Je me retrouve dans un dédalle de petites boutiques regroupées en fonction de ce qu'elles vendent, allant des nappes de cuisines, aux fruits secs en passant par les perles (inutile de dire que je ne me suis pas privée!)... un vrai labyrinthe! De retour à la maison je passe un peu de temps avec Naty, l'aide de maison que j'apprécie énormément et lui apprend à faire des bracelets. Fonchy sonne à la porte, il est temps pour moi de m'en aller, despedidos muy fuerte a todos... Dans le taxi je ne parle pas bcp... j'avoue etre un peu émue de quitter cette famille qui m'a considéré comme l'une des siens durant plus d'une semaine... la meilleurs manière de commencer cette aventure extraordinaire... heureusement Fonchy avec son humour légendaire me remet sur pieds, quelle amitié tout de meme avec lui aussi, on est comme frère et soeur en fait... il compense ceux qui me manquent bien fort la bas au plat pays...

Et puis j'embarque dans le bus direction Cajamarca, le voyage prend un autre tournant. Je m'endors bien vite dans mon semi-cama et rêve à ce qui m'attend la bas...
Le soleil se lève et soulève mes paupières... je suis encore à moitié endormie et ne distingue pas tout de suite ce qui s'offre derrière les points de graphe la LINEA collé sur la vitre du bus... Peu à peu de grosse montagne se font sentir... coupées de strilles verticales... je coyais savoir un peu à quoi m'attendre mais j'avais tout faux... la cordillère andine ne se pense pas, elle se voit... paysage incroyable partagé entre l'aridité de ses sommets et ses risières des bas fonds. La route est une vraie piste descendant et remontant en éclair la montagne... nous rencontrons des habitants locaux surmontés des hauts chapeaux typiques des hautes platteaux du nord... je sens que je vais adorer Cajamarca!