Tant de choses à raconter et si peu de temps pour le faire…

Voila un petit temps que je n’ai plus conté de cette odyssée orientale, le temps passe si vite…

Je m’en suis rendue compte mardi dernier (le 2) ca faisait un mois que j’étais arrivé au Pérou!!! Quand je l’ai dit autours de moi, tous m’ont dit « Hay que celebrarlo ! = Il faut fêter ca ! » Il est vrai que tout est à fêter ici… Par exemple, l’anniversaire d’une personne dure pendant 5 jours, il y a des fêtes en l’honneur des saints chaque jour dans un village différent, il y a d’énormes fiestas pour les baptêmes, pour les naissances (peut importe ce qu’il en est des principaux acteurs de l’évènement…), quand c’est la fête de leur école, les étudiants grimpent au cerro et y dessinent avec des bougies l’insigne de leur collège, … bref tout se célèbre ici et franchement je trouve ca sympa !

Donc pour ne pas faillir à la tradition, la Camilla et moi sommes allées manger un poulet-frites-salade histoire de revenir à nos origines (:-)) et puis nous nous avons englouti une glace de la Helladeria Hollanda, les meilleures glaces de tout le pays (ils ont des tonnes de saveurs différentes que l’on a jamais vu !). Enfin si je parle de nourriture comme cela c’est qu’ici, tout comme les fiestas, la nourriture a une place de premier rang ! Mes potes de Lima m’avaient dit que la cuisine péruvienne était la meilleure de l’Amérique du Sud, et moi voyant là rien de plus qu’un excès de chauvinisme, j’avoue désormais m’être bien trompée ! En effet, mon estomac se porte au mieux par ici ! On mange des tonnes et du meilleur ! Le matin j’ai droit au ricissimo pain cajamarquinois avec de la confiture de fruits typiques d’ici, ou du choco fondu du matin et parfois des œufs. J’adore ! Le midi est toujours un repas de feu, avec entrée, plat de résistance et dessert svp ! et puis le soir c’est plus calme… mais j’avoue que la Camilla et moi on se fait franchement plaisir question nourriture… heureusement on va dépenser nos calories au campo car vu la taille (en hauteur) des gens ici je doute de pouvoir me racheter autre chose qu’un short…

Sinon le we passé, vendredi nous sommes sorties avec des gens d’ITDG. Nous avons tout d’abord opté pour un endroit branché duquel nous nous sommes bien vite escapées car faut pas se voiler la face, nous les rubias (=blondes) on échappe pas à la tonne de gars bourrés qui nous paie à boire en espérant pouvoir raconter le lendemain à leurs potes leurs exploits de la veille… c’est pas franchement flatteur… et donc plutôt que de casquer une cagoule nous sommes allées à un autre endroit ou la on nous a servi les mêmes rengaines mais avec des disques un peu plus rayés… un endroit dont la moyenne d’âge ne devait pas être inférieur à 50 ans… bref à refaire mais en se concertant sur l’endroit à aller et surtout être accompagnées de gars que l’on connaît car les filles seules ça craint ! Le lendemain, Gloria, la sœur de Sol (la personne avec qui je travaille et chez qui je dors par la même occasion) nous a guidée jusqu’à des gravures datant de la période pré-inca, sur les roches de Callacpuma, aux environs de Cajamarca. Genial !

Vendredi, meeting incroyable organisé par ITDG ! Ca faisait 2 semaines qu’on le préparait en allant à Tongod et Catilluc pour rassembler les éleveurs et fromagers et les motiver à venir à Cajamarca ce vendredi. Mon rôle était défini comme tel : ansuelo = hameçon… no comment…

Succès incroyable ! Beaucoup sont venus ! Je retrouve pas mal de visages connus des 2 hameaux qui viennent me saluer, trop happy ! Ca fait bizarre de les voir dans ce grand hotel Continental (un des plus chics de Cajamarca), ils semblent tout perdus mais très heureux d’être là. Journée de conférence et ateliers sur le thème de la chaine lactée. Tous sont là, de la représentante du ministère de l’agriculture, contrôleur de qualité laitière, au négociant, au fromager jusqu’au petit producteur. Beaucoup d’idée fuse et chacun peut s’exprimer (plus ou moins car je garde qq doute sur l’égalité de tous dans le débat…) Tous sont convaincus que Cajamarca pourrait tenir un place de premier rang dans le marché de dérivés lactés, il suffit de s’organiser et de l’exploiter… pas si simple tout de même…

Au soir, l’équipe d’ITDG de Lima m’invite à aller manger, bien sympa de les revoir… j’apprends bcp et sur tout ! Le samedi j’ai rdv avec Nestor, le directeur du programme SIPAM (la partie de ITDG dont je fais partie) travail intense et résultats prometteurs… j’obtiens enfin les données clés mais perdues je ne sais ou que je réclame depuis déjà 2 semaines… Aprem ou je me fais plaisir… shopping en perspective… je me fais super plaisir pour pas plus de 8 euros… c’est dangereux tout de même le pouvoir d’achat explosif que nous avons ici… Je passe aussi par qq église, en effet, l’effervescence qui règne autours de ces lieux clés de la culture péruvienne m’attire… un marée humaine ! Des gens de partout écoutant une grosse voix semblant venir d’un tout petit monsieur que je peux à peine distinguée ! incroyable !

Il y a 3 églises les unes en face des autres donnant des messes en même temps et les 2 sont remplies jusqu'au parvis ! mais pas par la même population… les 3 sont fréquentées par une classe sociale différente, et cela depuis plus de 500 ans… Au soir la Camilla et moi grimpons histoire de pouvoir admirer la ville une bouteille de bon vin d’Ica à la main accompagnée d’un fromage mantecoso cajamarquinois. Chevere ! (=super)

Dimanche est jour de fête à la maison, Sol et Graziella nous cuisine une chiffa de feu ! puis nous partons tous traite les vaches moi y compris ! wow c’est méga dur ! j’avoue que j’ai pas encore trop la technique mais je suis sure qu’avec un peu d’exercice ca viendra !

Le soir Gloria l’artiste me propose de passer la soirée avec elle et ses amis, d’emblée de dit oui ! A ma plus grande joie je me retrouve dans un petit théâtre amateur ou se joue une pièce pleine de romantisme et de poésie tel que les aiment les latinos, j’adore ! Ensuite ses amis acteurs nous accompagne à un « 18 ». En gros c’est une soirée organisée pour les 18 ans du frère d’une amie de Gloria. Je me sens comme un cheveux dans la soupe... en effet tous sont vétus de costumes et robe de soirée digne du nouvel an chez nous… et moi avec mes grosse bottine et mon gros pull hé bien je fais un peu tâche… mais peu importe les péruviens ne se préoccupe pas de ce genre de choses… et je ne regrette pas d’y être allée car il s’agit là d’un concept bien interessant ! En effet, durant cette soirée, le garçon se voit venter les mérites de ses parents et toute leur fierté, il jure de mener une vie saine et noble, il se doit de danser avec chacune des filles célibataires de la soirée (j’ai prétendu être mariée, ca facilite bien plus les choses et tous y croit ! sauf Gloria dans le secret ) et par le lancer de bouquet (comme au mariage chez nous élit la prochaine qui se fera passer la bague au doigt, ensuite salsa effrenée puis nous nous en allant avant de pouvoir déguster une énorme pièce montée hyper kitsch recouverte de chantilly dans les tons bleu… mais un tamal (spécialité péruvienne à base de maïs enroulé dans un feuille de bananier) à la main offert par la maman… c’est ça l’hospitalité péruvienne… Lundi jour de foire animal à Cajamarca ! La famille compte aller renflouer l’étable de 3 jeunes taureaux et m’invite à l’accompagner. Après une longue route a pied, nous arrivons au dit lieu de rencontre, une marée humaine… et animale ! Incroyable ! De partout hurlent taureaux, vaches et autres cochons ainsi qu’une radio donnant des conseils aux éleveurs sur la manière de traiter leurs animaux. Tout se passe sur une grande plaine sans aucune étable ou enclos. Chacun parcoure des kilomètres afin de trouver la bête de son choix et faire une affaire. Le señor Marcial me ramène un jeune taureau acheter et me demande de le surveiller. J’ai le droit de le vendre si qqn m’en propose plus de 250 soles… bcp s’y interesseront car il s’agit d’un pur de race mais jamais pour plus du prix seuil. Au bout de 2 h nous repartons avec 5 taureaux, un pour chacun ! J’entends derrière moi chuchoter : « Regarde la griga comment elle tire sont taureaux ! » (J’avoue que je suis assez fière de la manière dont je me suis débrouillée ) Commence la longue route du retour… sur plus de 8 km de route digne d’une nationale, nous tirons chacune notre bête qui ne vaut avancer en tant de ne pas se faire faucher pas les bolides hurlant de toutes parts et effrayant les bêtes nouvellement apprivoisée… brulée par le soleil et assoiffée je me bâts avec mon taureaux qui semble exténué… le petit Quique (le fils de Sol) ne peut éviter que son taureau ne se fasse faucher le flanc par un combi (mini bus public)… on ne pourra soigner la bête qu’au retour… soudain une dame nous suivant accompagnée de son taureau se fait voler son chapeau (typique d’ici et coutant plus de 50 euros, une fortune !) par une moto taxi passant à toute vitesse dans un éclat de rire ! Une voiture de police se trouve à 100 m de nous mais ne sera d’aucune aide bien au contraire… ici les affaires du peuples n’intéressent pas les gens en uniforme… une réalité de plus qui me saute à la figure…

Nous arrivons enfin à la maison après plus de 2 h de marche et des coups de soleil en percepective… une expérience incroyable !

L’aprem je rejoins Camille ne ville et nous partons pour Otuzco en combi ou nous sommes une fois de plus émerveillée par la beauté des bébés péruviens. A Otuzco nous nous attachons à 3 petits guides de 7 à 11ans qui nous font la visite de ces fénêtres incas servant autrefois de cimetières. Trop mignons !

gros betch à tous et à très très bientôt