Et voila, jeudi nous repartons avec mes potes Joé et Paul, 2 gars de l'ONG (jeunes et avec toutes les qualités machistes des latinos, c'est pas de tout repos!) pour donner un atelier radial (de radio quoi!) aux anciens promoteurs. Activité géniale! les promoteurs sont super créatifs et vont intégrer la radio rurale afin de former la population en matière de santé animale mais aussi pour sensibiliser ces derniers au maintien de la qualité de l'eau, au fait de ne pas polluer, de trier ses déchets, d'utiliser des piles rechargeables ... vu le pouvoir de la radio ici ca peut donner un projet super!

Et puis la nuit tombée, tous s'en sont allés, tous sont retournés dans leurs hameaux respectifs, chargés à l'arrière de notre 4x4 (impressionnant, voir photo!) sauf moi... et bien oui moi j'avais décidé de rester quelques jours dans la région afin de poursuivre mon travail... et la doña Nelly, la petite dame au sourire gigantesque et au rire grassouillet qui tient le tout tout tout petit magasin sur la place centrale du village, m'a proposé de m'héberger, ce que j'ai tout de suite accepté. Bon biensur j'avais aucune idée de ce qui m'attendait... je ne pouvais imaginer les latrines communes à tout le village, se trouvant à l'autre bout du village et fermées après 7h du soir, je ne pouvais imaginer non plus que l'on dormirait tous ensemble, à 5 dans 3 lits perchés au dessus du magasin sur un plancher des plus inquiétants et auxquels on accède au moyen d'une longue échelle peu rassurante... le fait que l'on dorme tout habillés me surpris aussi... (n'empêche j'ai pas eu froid du coup! et puis je me suis jamais si vite couché ni levée, c'est pratique en fait...), qu'il n'y ai pas d'électricité dans la maison, ca ok je savais, mais une goutte d'eau, ca non... Par contre, j'avais entendu parlé de l'accueil chaleureux des péruviens... et ca ce n'est pas un mythe! 

Le lendemain debout 5.30 du mat', jour de marché. La place est toute animée et colorée. Je m'amuse à gouter les petits gateaux spéciaux de la région et prends discrètement mes renseignements, jusqu'à rencontrer mes potes promoteurs qui me guident vers les fromagers.

Ensuite, au moyen du bus numéro 11 comme diraient certains :), je pars à pattes vers Chanta Alta, autre centro pueblo (centre peuplé). Robert et Raul, 2 jeunes rencontrés il y a peu m'y accompagnent et heureusement car je ne connais pas le chemin et impossible de trouver une carte! Ce sont les 2 jeunes responsables de la radio de Chanta, mega sympas et évidemment super branchés musique, top cool! J'avoue souffrir beaucoup tout au long du chemin de plus de 2h, on grimpe depuis 3400m jusqu'à plus de 3700... dur dur pour les poumons... je cherche désespérement l'air... et puis heureusement on parvient à se faire charger par un camion de passage, qui nous racourcit un peu le voyage, ouf! j'avoue que je crachais vraiment mes poumons, faudra que je me fasse plus à l'altitude...

Arrivée à Chanta et directement je tombe sur la promotrice Santos qui m'avait proposé de m'héberger. Elle m'embarque directement à pattes car c'est "l'heure" de la traite des vaches. Je suis partante et partie! Que ne fut pas ma surprise en découvrant l'étendue de ses terres et le nombre de vaches qu'à elle seule, aidée de 2 de ses cousines de mon age, la Santos gère! Elle m'épate de jours en jours! Aprem géniale ou en échange d'histoire de mon pays, la Señora m'apprend à traire, trop fière que je suis car franchement j'ai tirer autant de lait qu'elle!!! héhé :) ce serait dommage de travailler sur la chaine lactée mais de ne savoir ce qui en est la base, la vache et son lait! Nous passons toute l'après-midi jusque la tombée de la nuit auprès des vaches à les soigner et tout et tout, je m'occupe de nourrir les 2 nouveaux petits veaux, trop choux! Et tout ca au son de la radio (a pile car pas d'électricité biensur!) de mes 2 potes de grand chemin.

Au soir nous nous retrouvons dans la petite maison de terre des parents de Santos, autours d'une tizane d'herbe fraichement cueillie, de pain et fromage du pays! cheveré (super)! et ceci accompagnées des 2 cousines et du teniente (=représentant du gouvernement national dans le village). Ensuite je m'envole au pays des rêves (dans les mêmes conditions que la veille), j'adore ce sentiment de fraternité, de communauté, et cette manière d'accueillir...

Lendemain matin rebelotte, direction marché avec la Santos qui tient un petit stand, mais là faut dire le marché est 4, non 5 fois plus grand! on y vend de tout jusqu'à du bétail et des chevaux, poules et autres animaux! J'y rencontre pas mal de têtes connues et puis je me fais pas mal remarqué biensur, ca on y échappe pas... et même si je me teignait en brune ça ne changerait je pense...

Et puis je quitte mes amis de Chanta la haute et je m'engouffre dans une combi (sorte de poulalier-bus, j'adore!) direction Cajamarca en pensant à toutes les rencontres que j'ai faites en ces 3 jours (et en espérant que l'eau sera chaude en rentrant car j'ai franchement besoin d'une douche...). Dans le combi un gars derrière moi, fromager me fait la causette, j'avoue qu'il me saoule un peu avec son air beau-gosse-chemise-ouverte mais il a des infos interessantes et puis tout le bus me fixe pour savoir comment la gringa (moi!) va bien pouvoir supporter pendant 3 h de trajet ce pot de colle... Finalement, il s'endore... ouf! 

Quelle ne fut pas ma surprise quand je me promène le lendemain avec la Camilla dans Cajamarca et que j'entends derrière moi crier mon nom... le combiman... wow va falloir assurer en parole bien enrobées pour le remettre à sa place sans le choquer... c'est bon il s'est un peu adoucit et puis il nous fait gouter tous ses fromages, mais j'avoue que quand on sort du magasin Camille me dit "j'aurais pas tenu une heure avec lui...".

Voila pour ce qui est des nouvelles fraiches, sinon mardi matin à 6.30 du mat, je suis allée avec Sol à la piscine... un genre d'énorme jacuzzi avec de l'eau bouillante provenant directement des termes chaudes de los baños del Inca, bonheur total!!! 

je vous fais de gros betches à tous et vous souhaite le meilleur,

et puis merci pour tous les commentaires, ca fait un bien fou d'avoir un retour de l'autre coté de l'écran, muchissimos gracias!

la chica Isa

P.S.: il ne me reste plus qu'une barre de chocolat...