Ca fait déjà 3 mois que je suis au Pérou !! L’espace et le temps, relation qui déjà intriguait Kant… Perception du temps qui dépend fortement de la culture dans laquelle je me trouve, certes, et de ma position dans l’espace…peu sûre de si je suis le plus proche du centre de notre terre et de sa ceinture équatorienne ou du ciel étoilé dont les constellations dessinent d’autres horizons ! Ce qui par contre est certain, c’est que je foule et refoule cette terre ou plutôt ce sable dans le cas de Colan !
En effet, je vais faire mes enquêtes dans 3 vallées : le Bajo Piura est la plus aride des 3, et cela se reflète dans le caractère de ses habitants, ensuite Querecotillo, mon coup de cœur ! , et puis une région en bord de mer : Colan.

Cette photo est prise lors d’une de mes escapades à Mallarito, le berger est charmant ;) et c’est un des premiers fromager que je rencontre dans la région, non , en fait c’est le seul !

Les moustiques commencent à pointer méchamment le bout de leur museau quelque peu trop pointu à mon goût, par contre, je semble être presque indécemment au leur !
Cette année, il semblerait que la tendance soit à la nina : c’est le pendant du phénomène del nino (inondations et chaleur extrême), on s’attend donc à un été pus froid que la normale et, ce qui inquiète le plus les agriculteurs, à une éventuelle sécheresse. Certains m’ont expliqué qu’un signe précurseur de la nina était la « maturité » précoce des mangues…(moi, ça ne me dérange pas trop ;) ! )
En gros, je vais plus ou moins 4 jours par semaine « sur le terrain » et les autres jours, j’enfourche mon vélo pour aller au CIPCA, c’est un centre d’investigation et de promotion de l’agriculture, fondée par des jésuites. Ils prennent d’ailleurs une position très tranchée dans le grand débat des mines. Dans la sierra du district de Piura, il y a un projet d’extraction de cuivre, le problème c’est que la mine se situerait exactement à la source d’une rivière qui irrigue toute la vallée…bref, la contamination causerait de graves dégâts environnementaux et c’est principalement pour cela que le CIPCA refuse le projet minier et se pose en « défenseur » des communautés paysannes. De l’autre côté, le président Garcia lui-même accuse tout opposant à l’implantation de la mine de « faux chrétien »,… Le sujet est tellement tumultueux que même le curé en parle dans son sermon ! Ce qui me choque, ce sont les positions extrêmes et slogans véhiculés (genre « si ‘oui’ à la mine, plus jamais de ceviche ! (plat typique à base de poisson) ») qui manipulent les plus illettrés qui sont ceux qui devront voter au finish !
Hier j’ai accompagné le sectoriste chargé de l’organisation de l’irrigation sur sa moto, j’avoue m’être trouvée au bon endroit au bon moment et avoir insisté avec un grand sourire pour pouvoir grimper sur sa moto et voir en quoi consistait son travail.
 
Sillonnant le long des sub-canaux en terre, il m’a donné son point de vue sur les vols nocturnes d’eau, les cadenas forcés,…et on a discuté avec les agriculteurs dérobés, travaillant pieds nus dans leur champs, nous expliquant aussi la réalité du monopole écrasant de Romero, entreprise de textile qui impose ses conditions et prix d’achat de la production…passionnant !

J’avais envie de vous donner ce petit aperçu de mon quotidien au Pérou, je ne peux m’empêcher de m’émerveiller de cette opportunité extra de terrain que je souhaite à tt le monde !

Que le vaya bien !
Ombeline